Harcèlement Scolaire

 

  C’EST QUOI LE HARCELEMENT  ???

 

Se définit comme une violence répétée qui peut être verbale, physique ou psychologique commise avec l’intention de nuire.

Les actes de violences sont le fait d’un ou plusieurs élèves à l’encontre d’une victime qui ne peut se défendre. Elle survient en milieu scolaire et peut se prolonger en dehors notamment via les réseaux sociaux.

 

 

 

 

•Il se caractérise par l’usage répété de la violence physique, de moqueries et autres humiliations entre élèves.

•Le harcèlement scolaire peut avoir un impact important sur la construction de l’identité personnelle. Ses conséquences peuvent être lourdes : perte d’estime de soi, décrochage scolaire, désocialisation, anxiété, dépression, somatisation, conduites à risques (drogue, alcool…), voire conduites suicidaires.

Le cyber-harcèlement est le fait d’utiliser les nouvelles technologies d’information et de communication pour humilier ou intimider un autre élève, de manière répétée.

TÉLÉPHONES PORTABLES
SMS / MMS
Prise de photos
Accès Internet
Partage de fichiers

Envoyer et recevoir des appels et des SMS désagréables, y compris des menaces, moqueries et insultes.

Prendre et partager des photos embarrassantes dont sexting (images sexuellement explicites).

Filmer et diffuser des scènes de violence (happy-slaping)

 

MESSAGERIES INSTANTANNÉES                   

Discussion en direct par texte ou webcam
Partage de fichiers

 

Pirater le compte d'une autre personne et envoyer des messages insultants.

Utiliser les logins et mot de passe d'un camarade.

Envoyer des messages ou des contenus inappropriés.

Persuader une personne de se comporter de manière provocante devant la webcam, enregistrer ces images et les utiliser comme moyen de pression (chantage au déshabillage ).

 

Le harcèlement est un fait de micro-violences, à l’insu des adultes, dont la logique peut induire des violences plus grandes : agressions physiques ou sexuelles, intimidations, racket.

 

 

 

 

 

L’intimidation est présente dans tous les milieux. Elle peut survenir dans les corridors de l’école, en classe, sur le terrain de jeu, dans la rue ou au centre commercial.

 

L’intimidation peut être un geste, une intervention ou un commentaire qui vise à blesser, humilier ou frustrer une autre personne.

   

L’intimidation fait vivre des sentiments de détresse chez le jeune qui la subit.

 

  L’intimidation est basée sur des comportements qui sont intentionnellement blessant. Elle est fondée sur une différence de pouvoir entre deux personnes.

 

 

L’intimidation n’est pas une simple dispute entre- enfants, un événement unique ou une taquinerie où tout le monde s’amuse.

 

  L’intimidation peut transformer des choses simples, comme marcher pour aller à l’école ou dîner à la cafétéria, en cauchemars et rendre malades ceux qui en sont victimes.

   

L’intimidation est une forme de violence. , elle ne doit pas être tolérée, elle doit être dénoncée.

 

Il faut agir contre l’intimidation.

 

L’intimidation peut être indirecte, c'est-à-dire :

 

Exclure une personne du groupe.

 

L’isoler, la rendre moins populaire en faisant courir une rumeur à son sujet.

 

Diffuser ses secrets, parler dans son dos ou écrire des méchancetés à son sujet à l’aide de graffitis.

 

Ce sont des comportements difficiles à percevoir, mais tout aussi dommageables.

 

L’intimidation peut aussi avoir lieu dans l’univers virtuel (téléphone cellulaire, texto, messagerie instantanée, courriel, Internet, etc.). On parle

 

alors de cyberintimidation.

 

La cyberintimidation est particulièrement néfaste et peut prendre

 

différentes formes :

 

Menaces, insultes, dénigrement, diffamation ou propagation de rumeurs.

 

Usurpation d’identité.

 

 (envoi d’un message, d’une photo ou d’une vidéo préjudiciable par téléphone cellulaire).

 

Vidéolynchage (filmer quelqu'un à son insu alors qu'il commet un acte « discutable », souvent après avoir été provoqué, et diffuser la vidéo sur Internet dans le but de le ridiculiser).

 

La cyberintimidation présente certaines spécificités liées au média utilisé :

 

L’intimidateur peut rester anonyme.

 

L’intimidateur peut prétendre être quelqu’un d’autre.

 

L’intimidation peut se produire n’importe où et n’importe quand.

 

L’intimidation peut prendre plusieurs formes à l’intérieur du cyberespace.

 

La capacité de propagation des mots et des images est instantanée et illimitée.

 

Étant devant un écran, l’intimidateur a encore moins de retenue dans ses propos que s’il était face à sa victime.

 

La victime est impuissante et le tort est fait à grande échelle.

 

Le tort fait à la victime est en continu puisqu’il demeure sur le Web.

 

Le nombre de témoins est illimité et difficilement mesurable.

  

 À QUOI S’EXPOSENT LES INTIMIDATEURS?

 

 Toute forme d’intimidation ou de violence est inacceptable. Des sanctions sont généralement prévues selon la gravité du geste dans le code de vie des établissements scolaires pour contrer l’intimidation (ex. : retrait de la classe, gestes de réparation, suspension à l’interne ou à l’externe, expulsion de l’école ou encore de la commission scolaire).

 

L’intimidation et la cyberintimidation peuvent également tomber sous le coup de la loi.

Le Code criminel du Canada considère, que le fait de communiquer avec quelqu’un de façon répétée, de manière à lui faire craindre pour sa sécurité: est un acte criminel, de même que de publier ou diffuser de la fausse information, sur quelqu’un ou de l’information qui peut nuire à sa réputation, qui l’expose à la haine, au mépris ou au ridicule.

 

La cyberintimidation peut aussi violer la Loi canadienne sur les droits de la personne lorsqu’elle répand de la haine ou de la discrimination basée sur l’origine nationale ou ethnique, la religion, l’âge, le sexe, l’orientation sexuelle, la situation de famille et les handicaps physiques ou mentaux. Les personnes reconnues coupables d’intimidation ou de cyberintimidation s’exposent à une peine de prison.

Livret p2 2

   DETECTER, AIDER, ECOUTER SON ENFANT

ATTENTION : TOUT EST RELATIF A CHAQUE ENFANT, ET CERTAINS SIGNES NE PEUVENT ETRE DETECTES.

certains signes peuvent être parfois visible :

•Dépression, mutisme, absentéisme, baisse des résultats scolaires, décrochage, agressivité, troubles du sommeil et/ ou du comportement …

•Le silence contraint au chantage porté à la victime et les témoins; menacés de représailles.

La solitude imposée : couper la victime de son réseau, des adultes, lui faire intérioriser sa souffrance

 

                                  A QUI S’ADRESSER ? 

   

Tout élève doit savoir qu’il est entouré, et connaître les personnes, les lieux de ressources, les divers recours à sa disposition au sein de son établissement.

•Adulte de l’établissement, ses parents, ses amis, les forces de l’ordre et/ou une association.

•Personnels de direction : acteurs essentiels de la vie scolaire de chaque élève.

 

 

•Les CPE et les personnes éducatives de la vie scolaire : sont référents de ce type de phénomènes de violences.

•Les personnels sociaux et de santé : rôle spécifique des aspects du harcèlement et ses conséquences.

•Les délégués des élèves et les parents délégués : peuvent aussi vous venir en aide.

•Le comité d’éducation à la santé et la citoyenneté : relais dans l’établissement.

•L’inspection de la vie scolaire : conseils et accompagnement (EMS : Educateur en milieu scolaire/ AVS : assistant de vie scolaire)

 

Dans chaque établissement scolaire, toute personne informée, concernée ou témoin de ces phénomènes de violences sont en mesure de vous venir en aide.

 

CONTACTER LE 3020http://www.nonauharcelement.education.gouv.fr/

 

 

 

 

 

 

 

 

Le CYBER -HARCELEMENT

En effet, s’il est acquis que le harcèlement entre- élèves a lieu majoritairement
dans l’établissement scolaire, il n’est pas rare aujourd’hui qu’il se poursuive, voire
débute, à travers l’usage d’Internet.


Les nouvelles technologies sont utilisées par certains élèves aux fins d’humilier et
d’intimider un autre élève, que ce soit à travers la création d’un sujet de discussion,
d’un groupe ou d’une page d’un réseau social.


Or, le cyber-harcèlement entre- élèves produit les mêmes effets que le harcèlement,
c’est pourquoi il ne peut être laissé sans réponse par la communauté
scolaire

 

Informations générales sur Facebook :

.

Facebook est née en février 2004 avec la génération du web 2.0, c’est un service
de communication en ligne dit hébergeur au sens de la loi Confiance dans
l’économie numérique (LCEN de Juin 2004). C’est aujourd’hui plus de 750
millions d’utilisateurs actifs dans le monde. La France compte 20 millions
d’utilisateurs, dont 11 millions de personnes qui partagent une information
chaque jour.

 

Au coeur de l’usage de Facebook il y a l’usage du réseau sous sa véritable
identité. C’est le moyen de trouver des amis ou d’être trouvé par des amis.
Par conséquent, l’objectif est d’être au plus près des réalités et Facebook
supprime sur signalement les faux comptes. Le signalement de contenus
abusifs ou inappropriés peut se faire pratiquement sur toutes les pages en
bas à gauche. Les pages «profil» des 13 - 18 ans sont par défaut protégées
– elles ne sont pas ouvertes à l’ensemble du réseau mais ouvertes seulement
aux amis et amis d’amis

 

signalement des comptes d’enfants de moins de 13 ans :
https://www.facebook.com/help/contact.php?show_form=underage

 

Le cyber-harcèlement est le fait d’utiliser les technologies d’information
et de communication pour porter délibérément
atteinte à un individu, de manière répétée dans le temps.
Bien que le cyber-harcèlement ne soit pas une infraction réprimée
en tant que telle par la loi française, l’auteur d’actes
accomplis à cette fin est susceptible de voir engager sa responsabilité
sur le fondement du droit civil, du droit de la presse
ou du code pénal.
Le harcèlement en ligne peut se manifester par l’humiliation,
les moqueries, les injures, la diffamation, le discrédit, l’intimidation,
l’usurpation d’identité, les menaces physiques, les prises
de contact insistantes..

 

Les messages, répétés dans le temps, blessent durablement un enfant
• Sentiment de culpabilité, image de soi dévalorisée : harceleurs, victimes et
spectacteurs ressentent des maux similaires.
• Des conséquences scolaires, sociales et psychiques de longue durée sur
l’ensemble des acteurs de la vie scolaire.

Anonymat sur Internet
Le harceleur peut rester anonyme en
agissant via un pseudo et ne jamais se
dévoiler.

 

Les moyens modernes de communication
créent une distance avec la victime qui peut
libérer une certaine agressivité et encourager
la banalisation de la violence